Expériences réalisées

EXPERIENCE 1

Alois Alzheimer : Comment vous appelez-vous ?
Auguste D. (Patient) : Auguste.
A.A. : Votre nom de famille ?
A.D. : Auguste.
A.A. : Comment s'appelle votre mari ?
A.D. : Auguste, je crois.
A.A. : Votre mari ?
A.D. : Ah bon, mon mari...
A.A. : Êtes-vous marié ?
A.D. : A Auguste.
A.A. : Madame D. ?
A.D. : Oui, à Auguste D.
A.A. : Depuis combien de temps êtes-vous ici ?
A.D. : Trois semaines.

A midi, on servit à Auguste D. du chou-fleur et de la viande de porc.

A.A. : Qu'est-ce que vous êtes en train de manger ?
A.D. : Des épinards.

(Elle mastique sa viande.)

A.A. : Et à présent, qu'est-ce que vous mangez ?
A.D. : J'ai d'abord mangé des pommes de terre et puis du raifort.

Le docteur Alzheimer lui désigne divers objets. Très vite, elle ne sait plus ce qu'on vient de lui montrer et ne cesse de parler de "jumeaux".

A.A. : Ecrivez : Frau Auguste D.

Elle écrit "Frau" mais, entre-temps, a déjà oublié la suite. Si on lui indique un seul mot, elle l'écrit. Cependant, au lieu d'Auguste, elle note "Auguse".
Le soir, sa parole est plus fluide mais elle utilise des mots sans rapport avec ses idées et, quand elle a dit quelque chose, s'y accroche maladivement sans vouloir en démordre.
Intéressé par ce premier examen, le Dr Alzheimer porte la date et le nom d'Auguste D. sur le test d'écriture qu'il lui a fait faire. Durant toute sa carrière médicale, il n'avait pas encore rencontré de patient qui oublie son nom au fur et à mesure qu'il l'écrit. Qualifiant ce comportement de "trouble amnésique de l'écriture", il décide de poursuivre l'étude de la malade au cours des jours suivants.

29 Novembre 1901 :

Placée dans une salle d'isolement, Auguste D. se comporte très calmement. Le médecin entame alors un interrogatoire détaillé.

A.A. : Comment allez-vous ?
A.D. : Toujours pareil comme ci, comme ca. Qui donc m'a amenée ici ?
A.A. : Où êtes-vous, ici ?
A.D. : Pour l'instant, c'est du provisoire, comme on dit. Je n'ai pas de moyens. Il faut se mettre au niveau -Je ne sais pas moi-même...Je ne sais absolument pas- ah, bonté divine, qu'est-ce qui va se passer ?
A.A. : Comment vous appelez-vous ?
A.D. : Frau Auguste D.
A.A. : Quele est votre date de naissance ?
A.D. : Mil huit cent ...
A.A. : En quelle année êtes-vous née ?
A.D. : Cette année, non, l'an dernier.
A.A. : Quand êtes-vous née ?
A.D. : Mil huit cent ... Je ne sais pas ...
A.A. : Qu'est-ce que je vous ai demandé ?
A.D. : Ah, D. Auguste.
A.A. : Avez-vous des enfants ?
A.D. : Oui, une fille.
A.A. : Comment s'appelle-t-elle ?
A.D. : Thekla.
A.A. : Quel âge a-t-elle ?
A.D. : Elle est mariée à Berlin. Frau Wilke.
A.A. : Où habite-t-elle ?
A.D. : Nous habitons Cassel.
A.A. : Où habite votre fille ?
A.D. : Waldemarstrasse -Non, ce n'est pas ça ...
A.A. : Comment s'appelle votre mari ?
A.D. : Je ne sais pas ...
A.A. : Quel est son nom ?
A.D. : Mon mari n'est pas là pour l'instant.
A.A. : Où se trouve votre domicile ?
A.D. : A Francfort-sur-le-Main.
A.A. : Dans quelle rue ?
A.D. : Ce n'est pas Waldemarstrasse, non, c'est une autre rue, attendez un peu, je suis tellement, tellement ...
A.A. : Êtes-vous malade ?
A.D. : Là, en bas, du côté de la colonne vertébrale ...
A.A. : Est-ce que vous me connaissez ?
A.D. : Je crois. Vous m'avez déjà examinée deux fois. Non, excusez-moi, je ne peux pas comme ça ...
A.A. : En quelle année sommes-nous ?
A.D. : Mil huit cent ...
A.A. : Quel mois ?
A.D. : Le deuxième mois.
A.A. : Quel est le nom des mois ?

Auguste D. énumère très vite les mois, au complet et dans le bon ordre.

A.A. : Et quel mois sommes-nous actuellement ?
A.D. : Le onze.
A.A. : Comment s'appelle le onzième mois ?
A.D. : Le dernier, en somme ... Non, pas le dernier ...
A.A. : Lequel ?
A.D. : Je ne sais pas ...
[...] A.A. : Combien y a-t-il de pfennigs dans un mark ?
A.D. : Cent.
A.A. : Combien coûte un oeuf ?
A.D. :Six ou huit.
A.A. :Six ou huit quoi ?
A.D. :Oui.
A.A. : Six ou huit marks ?
A.D. : Oui, marks.

Le Dr Alzheimer continue à la questionner sur des choses de la vie quotidienne.

A.A. : Si vous achetez six oeufs à sept pfennigs la pièce, ça vous fait combien ?
A.D. : Je les fais pocher.
A.A. : Dans quelle rue habitez-vous ici ?
A.D. : Je peux vous le dire, je dois seulement attendre un instant.
A.A. : Qu'est-ce que je vous ai demandé ?
A.D. : Voyons, c'est Francfort-sur-le-Main.
A.A. : Quand vous êtes-vous mariée ?
A.D. : Pour l'instant, je ne le sais pas, la femme habite sur le même passage.
A.A. : Quelle femme ?
A.D. : La femme, là où nous habitons. Certaines fois, elle se met à appeler : "Frau Hensler, Frau Hensler, Frau Hensler, ..." elle habite ici, un étage au-dessous.

Alzheimer montre divers objets à Auguste D. Elle désigne correctement les clés, le crayon et le livre.

A.A. : Qu'est-ce que je vous ai montré ?
A.D. : Je ne sais pas ... Je ne sais pas ... J'ai tellement peur, tellement peur.

Le Dr Alzheimer lui montre trois doigts.

A.A. : Ca fait combien de doigts ?
A.D. : Trois.
A.A. : Avez-vous encore peur ?
A.D. : Oui.
A.A. : Combien de doigts vous ai-je montré ?
A.D. : Bon, c'est Francfort-sur-le-Main.

Le Dr Alzheimer la fait ensuite lire. Elle passe d'une ligne à l'autre et lit parfois certaines lignes jusqu'à cinq fois de suite sans paraître comprendre leur sens. Elle place mal l'accent tonique. Tout à coup, le mot "Quilling" lui vient spontanément aux lèvres. A la question "Connaissez-vous un monsieur Quilling ?", elle se contente de répéter sans interruption "Quilling" jusqu'à la fin de l'examen.

Auguste D. se prête sans difficulté à l'examen et obéit promptement à toutes les demandes. Elle ne manifeste aucune anxiété mais déclare soudain : "Un enfant vient d'appeler ... Est-il là ?" A.A. : Vous entendez quelqu'un appeler ?
A.D. : Vous connaissez pourtant Frau Quilling.

Lorsqu'on veut lui faire quitter la salle d'isolement pour regagner son lit, elle s'agite, se met à crirer et résiste. Elle semble très anxieuse et ne cesse de répeter : "Je ne serais pas coupée ... Je ne me laisserais pas couper ...

Début Décembre 1901 :

Le Dr Alzheimer lui montre une plume et demande :

A.A. : Que fait-on avec ça ?
A.D. : Avec ça on peut écrire.

Le Dr montre le cadran d'une montre de poche et demande :

A.A. : Quelle heure est-il ?
A.D. : Deux heures moins huit, je veux dire avant il était 1h44, ah non... plutôt 1h45.

Alzheimer désigne sur le cadran le chiffre II.

A.A. : Comment s'appelle ce chiffre ?
A.D. : Vingt.

Auguste D. montre l'aide-soignante et demande :

A.D. : Qui est-ce ? Une demoiselle ?

Une malade échevelée et bruyante traverse la salle en faisant de grands gestes. Le Dr Alzheimer interroge Auguste D.

A.A. : Qui est cette personne ?
A.D. : C'est sa chevelure...
A.A. : Qu'est cette personne ?
A.D. : Joyeuse...

Le Dr Alzheimer ne veut pas surmener Auguste D. et il s'interrompt. Soudain, celle-ci déclare brusquement d'une voix claire :

A.D. : Mais je ne veux rien savoir des vols, je n'en ai pas entendu parler !
A.A. : Êtes-vous mariée ?
A.D. : Je crois que je suis mariée.
A.A. : Êtes-vous mariée ?
A.D. : Certainement, j'ai une fille de 52 ans à Berlin.
A.A. : Quel âge avez-vous ?
A.D. : 56.
A.A. : Et vous auriez une fille de 52 ans ?
A.D. : 53, non 54.
A.A. : Si vous avez 56 ans, vous ne pouvez pas avoir une fille de 52 ans.
A.D. : 53, c'est juste...

Alzheimer répète précisément sa dernière question.

A.D. : Je suis tellement énervée... J'ai 53 ans.

A présent, le Dr Alzheimer contrôle les aptitudes de sa malade en matière de calcul mental. Auduste D. résoud correctement les opérations les plus simples.

A.A. : 7+7 ?
A.D. : 14.
A.A. : 10-8 ?
A.D. : 2.
A.A. : 5x5 ?
A.D. : 55, ah non...
A.A. : 23x3 ?
A.D. : Je ne peux pas aller si vite, je ne peux pas le dire pour l'instant !
A.A. : 2x2 ?
A.D. : 4... C'est bien certain.
A.A. : 33x3 ?
A.D. : 9.
A.A. : 5x5 ?
A.D. : ...
A.A. : 3x3 ?
A.D. : ... Je vous l'ai déjà dit...

Alzheimer entreprend à présent de contrôler l'alphabet et les mois de l'année.

A.A. : Récitez-moi l'alphabet...

Auguste D. énumère les lettres d'une seule traite de A à J puis s'arrête brusquement.

A.A. : Continuez !
A.D. : Ah, je vous en prie, je ne suis pas habillée pour ça.

Elle tripote son vêtement de nuit.

A.A. : Y a-t-il d'autres lettres après le J ?
A.D. : Je ne connais pas la suite.
A.A. : Connaissez-vous les noms des mois de l'année ?

Nouveau silence.

A.A. : Janvier... Et après ?
A.D. : Je ne me souviens de rien.

Ce même soir, le Dr Alzheimer reprend son examen.

A.A. : Comment vous appelez-vous ?
A.D. : Mai.
A.A. : Ecrivez votre nom.

Elle écrit : "Mai"

A.A. : Ecrivez-moi encore quelque chose.

La malade rédige quelque chose d'illisible.

A.A. : Qui êtes-vous ?
A.D. : Frau D.
A.A. : Ecrivez-le.

Elle écrit : "Frau D." et lit à haute voix "Auguste D.". Alzheimer désigne le mot "Frau" et demande :

A.A. : Quel est ce mot ?
A.D. : Oui, Frau Auguste D.

Puis, priée de reprendre le crayon, Auguste D. rédige de nouveau quelque chose d'illisible.

A.A. : Ecrivez le chiffre 5.

Elle écrit : "Frau"

A.A. : Ecrivez le chiffre 8.

Elle écrit : "Auguste"

Le Dr Alzheimer lui met le crayon à l'envers dans la main. Elle fait d'abord quelques tentatives dans cette position puis redresse le crayon dans le bon sens.

EXERIENCE 2

Nous avons aussi été en maison de retraite, où nous avons rencontré Emma, 92 ans, atteinte de la Maladie d'Alzheimer au stade modéré. Nous lui avons posé quelques questions et voici ses réponses, que nous avions prises en note. Nous avons eu l'accord de la famille d' Emma, pour lui parler.

Nous: "...Bonjour Emma

E: Bonjour madame. Je suis perdue.... quel jour on est?

Nous: Nous sommes samedi, nous sommes venues discuter un peu avec vous aujourd'hui.

E: Ah bon? Mais qui etes vous?

Nous: Nous sommes des jeunes du lycée Saint Michel. Nous venons discuter de vous, et nous aimerions que vous nous parliez de vous. Etes vous mariée?

E: Oui, avec Paul.... On nous appelait "Paulo et Daddy...." mais il est à la guerre, les Allemands l'ont capturé... J'ai soif.

On lui apporte un verre d'eau. Elle boit. Le regard dans le vague puis nous regarde.

E: "Qui etes vous?

Nous: Nous sommes venues parler avec vous, madame et vous nous racontiez que vous etiez mariée...

E: Ah bon...? Je .... (incompréhensible) Quel jour sommes nous...?"

Cette expérience en maison de retraite a été très troublante pour nous. En effet, se rendre compte que Emma ne se souvenait jamais de nous, que au bout de quelques minutes de conversation, elle oubliait qui nous étions, pourquoi  nous étions là... Cela nous a réellement fait prendre conscience de la Maladie d'Alzheimer, dans toute son ampleur. Des difficultées au quotidien.

EXPERIENCE 3

Nous nous sommes renseigner sur les films qui sont sortis traitant de la maladie d'Alzheimer. Et nous en avons visionné un, qui nous a particulièrement ému. Il s'appelle "N'oublie jamais", qui vient du best seller de Nicolas SPARKS. Il traite de la maladie en insistant sur les pertes de mémoire. Une fois de plus, nous avons été impressionnées par tout ce que peut produire cette Maladie en nous.

Voici le synopsis du film: (source: Allociné.com)

"Atteinte de la maladie d'Alzheimer, Allie vit en maison de retraite. Chaque jour, Noah lui lit le même livre. Il s'agit du carnet où Allie a consigné sa propre histoire, lorsqu'elle a appris sa maladie. Pour ne pas oublier ses sentiments, elle a écrit, et Noah, inlassablement, lui relit ses propres mots. Jeunes et fous ils se sont aimés jusqu'a maintenant, jusqu'a ce que la mémoire les séparent."

 

Bande annonce {cliquer sur "bande annonce" }

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site