Les Traitements Expérimentaux de la maladie d'Alzheimer

 

 Aujourd'hui, il existe un seul traitement expérimental dont les essais ont montrés un progression dans la recherche d'un traitement curatif de la maladie d'Alzheimer: le Rember, aussi appelé Méthylthiominium.

 Le Rember est un essai clinique qui a été testé sur 321 patients aux stades précoce et moyen de la maladie d'Alzheimer, en Grande Bretagne.

Ces 321 personnes ont été divisé en 4 groupes: certains prennent 30 mg, d'autres 60 mg ou encore 100 mg alors que les autres ont pris un placebo. Cette étude a été menée pendant 24 semaines. Les meilleurs résultats ont été obtenus avec les doses de 60mg.

Cinquante semaines après le début du traitement, les patients qui avaient pris la dose de 60 mg ont vu un déclin de la dégradation de leurs facultés cognitives de 81%. Pour les patients ayant pris 30 ou 100 mg, on a observé que leurs symptômes restaient stable. Les patients ayant pris le placebo, on vu leurs facultés cognitives décliner. Ce médicament permetterait donc de réduire considérablement l'évolution des maladies neurodégénératives, donc de la maladie d'Alzheimer.

Ce médicament ciblerait des amas de protéines qui se forment autour des cellules du cerveau. Ces protéines s'attaquent aux neurones et provoquent les troubles de la mémoire caractéristiques de la maladie d'Alzheimer. Il a démontré sa capacité à dissoudre les filaments (neurofibrilles) de protéines Tau et à prévenir leur agrégation.

 

Le professeur Claude Wischik, qui a découvert ce nouveau traitement avec ses collègues, a qualifié cette molécule comme l'avancée la plus significative dans la traitement des amas depuis leur identification par Alois Alzheimer en 1907. Ce professeur détaille le cas de personnes qui se sont remis à se servir de leur ordinateur à s'enflammer pour des débats politiques alors que la maladie avait commencer à les isoler. Cette molécule serait "une clé pour enrayer le tic-tac de cette bombe à retadement. Nous pouvons l'arrêter, ou du moins la ralentir." (Professeur Claude Wischik).

Même si les premiers essais sur l'homme sont prometteurs, les médecins restent prudents quand à leur future utilisation. Une étude sur l'efficacité à plus large échelle (essai phase 3) devra confirmer si les espoirs que suscite cette molécule sont bel et bien justifiés. Cependant, ils estiment que la médicament pourrait être sur le marché dès 2012.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×